SUDA: Le soleil et l’or.

Il y a beaucoup d’inconvénients concernant les “relations inter-humaines” lorsqu’on blogue. Maintenant que les blogs sont devenus populaires et surfent sur la vague, je ne vais pas vous cacher qu’il y a aussi forcément une foule de gens qui sont là uniquement par intérêt. Cela dit, il reste de véritables passionnés et créatifs qui savent ponctuer la toile avec leur magnifique univers. Elif, du blog That’s A Leaf, fait partie de ceux-ci. Je l’ai rencontrée totalement par hasard à mon premier évènement Lancôme il y a 3 ans. Elle était un peu en électron libre, toute seule mais pas isolée et on s’est retrouvées à faire du small talk avant d’aller à nos tables respectives. Par amour, Elif a quitté Istanbul pour vivre avec son copain à Ostende. Du coup, dans une blogosphère belge généralement divisée en 2 (les flamands et les wallons… Quoi? Les germanos? …), elle vogue et butine entre ces deux mondes et moi avec (mais qu’est-ce que c’est pratique de parler anglais!). Entre une passion commune pour la bouffe, et nos réflexions sur la blogosphère et son évolution, une réelle amitié s’est tissée entre elle et moi. Chez Elif, j’ai découvert un sens aigü de l’esthétisme où les couleurs et le soleil ont une place prédominante. Son style vintage domine ses superbes photos vives et elle a un sens de la pose qui rappelle légèrement l’époque du voguing. Un sublime mélange d’influences mais une constante: le soleil. Un peu comme si son lien avec Istanbul dépendait de cet astre. C’est ainsi que lui est venue l’idée de SUDA.

SUDA est en fait un mot japonais (Elif est une des plus grandes fans du Japon que je connaisse) qui veut dire près de l’eau, dans l’eau. Toutes ses collections sont entièrement inspirées par la plage et ce qui la compose: le sable, le sel, le vent, le soleil et la fameuse golden hour. Perfectionniste, Elif a voulu que l’expérience se vive jusque dans le packaging fait de vrais coquillages. Lorsque j’ai reçu mon colis, c’était presque comme si l’air iodé de la mer embaumait. SUDA est donc une marque inspirée par Istanbul et le rapport à l’or. Lors d’une de nos longues et passionnées conversations, Elif m’a expliqué que les turcs tenaient énormément aux bijoux en or. C’est une toute autre manière de voir les choses… Pas si éloignée de nous puisque nos grands-parents fonctionnaient encore comme cela. Donc en gros, on voit sur le long terme: l’or est une des rares valeurs qui ne s’est jamais vraiment dévaluée. Il peut être gardé pendant des générations et si on n’aime plus la forme d’un bijou, il suffit juste de le faire fondre ou de le vendre pour en obtenir un autre plus actuel. C’est un réel investissement très peu encombrant et pratique. J’avoue que j’ai eu un peu de mal au début parce que forcément, ça coûte aussi son prix… Puis je me suis dit que ce n’était pas si bête. Au lieu de céder chaque saison à des bijoux fantaisie qui perdent déjà leur intérêt en moins de 6 mois, j’investis dans un bijou qui me plaît et qui est d’une résistance à toute épreuve, surtout à celle des tendances qui passent trop vite. 

A l’époque, j’ai craqué pour le collier Su avec une petite pierre turquoise. Il est toujours disponible mais sous le nom d’Aura et avec un pendentif nacré. J’ai été étonnée de la couleur de l’or. C’est le deuxième ou troisième bijou en or que j’ai (les précédents ont été mâchouillés et perdus au fil des années… Je sais…). Un collier simple 14 carats fait à la main à Istanbul qui éblouit tellement que j’ai du mal à le mélanger avec d’autres bijoux fantaisies. Rien à faire, de l’acier chirurgical, même de très bonne qualité, c’est beaucoup moins lumineux que du vrai or. Il se suffit donc amplement à lui-même puisque sa qualité supplante tout.   

Un des slogans de la marque c’est “You are gold. Solid gold.” et ça l’est. Elif a l’oeil pour repérer l’or de bonne qualité. Depuis toujours, elle aime arpenter les différents marchands d’Istanbul, comparer, discuter, revendre, refondre… Elle a eu le temps de mettre à rude épreuve ses propres bijoux (parfum, produits pour le corps, piscine, eau de mer…) et sait parfaitement où se fournir pour obtenir un or qui ne bouge pas. Je ne peux d’ailleurs pas dire le contraire puisque je ne me suis pas gênée: plusieurs parfums et douches ont bousculé ce petit et il est toujours aussi brillant et vif que quand je l’ai reçu!

Je ne sais pas encore quel sera mon prochain achat… Un pendentif à ajouter à mon collier ou plutôt investir dans une bague? J’adore aussi le collier Medusa ou encore la bague Helios. Je me tâte mais une chose est sûre, c’est tellement valorisant d’investir dans de si jolis objets que je réitèrerai! J’aime beaucoup cette idée de continuité, un peu comme si je constituais un héritage ou un capital qui pourrait m’aider en cas de coup dur (on espère que non). L’or ayant une plus grande résistance que les banques de notre époque, c’est peut-être pas bête 😉 Je vous laisse avec une sélection de pièces ci-dessous mais n’hésitez pas à visiter son e-shop et ainsi découvrir son univers!

Même si je mentionne que nous sommes amies, je n’ai absolument rien reçu. Pas même une réduction. Mon achat a été fait spontanément. J’ai économisé, suis convaincue de la fiabilité des bijoux d’Elif et l’ai aussi fait pour supporter une amie qui se lance. Il n’y aurait aucun intérêt à la supporter si je recevais une réduction ou un cadeau. 

Shop The Post

Luna Hoop Earings
Medusa necklace
Helios ring
Gala Coin Pendants
Luna Hoop Earings
Medusa necklace
Helios ring
Gala Coin Pendants
Luna Hoop Earings
Medusa necklace
Helios ring
Gala Coin Pendants
Follow:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *