Un peu d’histoire de la beauté…

Pourquoi un article soudain sur l’histoire de la beauté?

Ça faisait un moment qu’un article sur l’histoire de la beauté me titillait. A vrai dire, c’est suite à un quiproquo que je l’ai finalement pondu mais je ne suis pas mécontente de pouvoir enfin vous le poster ici. Au fur et à mesure du blog et de ses virages (15 ans fin juin quand même, encore heureux que j’ai changé!), j’ai réalisé que les anecdotes sur l’histoire de la beauté m’intéressaient énormément.

En soi, la beauté (cosmétiques comme maquillage) est un reflet des civilisations qu’elle a traversées et c’est tout à fait fascinant. L’histoire de la beauté nous permet de mieux connaître le quotidien de chaque époque à n’importe quel endroit du globe. Elle permet de mieux les comprendre, mieux saisir les évolutions et les différentes nuances de chacune des civilisations. Surtout, elle permet de comprendre notre époque.

Ici, il sera surtout question d’un survol très large mais si cela vous intéresse (et en fait, je ferai quand même ce que je veux mais si vous marquez votre intérêt, ça sera plus motivant!), je ferai de temps à autres quelques focus sur certains sujets plus précis. En attendant, je vous laisse avec ce premier résumé!

Histoire de la beauté #beaute #histoire #skincare #maquillage

La beauté dans l’histoire: un phénomène moderne… Vraiment?

Appareils à radio-fréquence, injections d’acide hyaluronique, lifting, contouring, bushy brows, la mode des cernes visibles… Tout autant de tendances en beauté qui ont rythmé ces dernières décennies. A l’ère du numérique où le selfie est roi, la beauté et le regard sur soi n’ont jamais eu autant de place dans nos sociétés… 

Vraiment? En fait, contrairement à ce que l’on pourrait croire, les cosmétiques n’ont pas attendu Instagram ou Tik Tok pour célébrer leur heure de gloire…Ils n’ont même jamais cessé de rythmer l’histoire de nos civilisations. Petit retour sur notre passé…

Les vrais débuts de la beauté:

Les premières preuves de l’existence du skincare (et de la beauté en général) font leur apparition entre 6000 et 3000 A.C. C’est déjà dans l’Egypte Antique que les humains s’intéressent fortement à l’aspect de soi. Les mélanges d’huiles de ricin, de moringa et de miel sont utilisés dans le but d’hydrater alors que l’on se lave avec une pâte de savon composée d’argile et d’huile d’olive. Outre les premières nécessités d’hygiène, les cosmétiques servent, à cette époque, à se distinguer lors d’une guerre entre différents groupes, se protéger de la chaleur et des insectes ou encore, à honorer les dieux lors des cérémonies. Quant à la beauté en tant que telle, le khôl est pour ainsi dire légion. Il est d’ailleurs très rare de trouver des représentations de l’époque sans que le trait de khôl y soit présent. 

Histoire de la beauté #beaute #histoire #skincare #maquillage

La beauté dans l’Antiquité et l’époque romaine:

Lors de l’Antiquité et de l’époque romaine, l’entretien de sa personne reste prépondérant. On y apprécie les bains de lait avec un mélange de baies et l’anti-âge est adressé grâce à de l’huile d’olive, du miel et du yogourt. Des esclaves sont même assignés à la tâche délicate d’extraire un à un les poils de leur maître. Ce cosmetae s’attardera sur le torse, les bras, le visage, le dos et les jambes. Avouez-le, on est quand même mieux aujourd’hui avec nos rasoirs ou l’épilation au laser non?

Du côté de l’Asie, aux alentours de 1760 A.C., c’est à l’époque de la dynastie Shang que la peau pâle est un symbole de beauté. Un mélange de poudre de champignons et de plomb (que nous retrouverons plus tard en Occident) était déjà courant.

L’obsession du teint pâle en Europe…

Si nous revenons en Europe, le teint pâle est un but à atteindre aux alentours du Moyen-Âge. On lave avec de l’aloe vera, du romarin et du concombre. Les masques sont composés de graines, de fleurs, de feuilles et de miel et le vinaigre est utilisé comme astringent. En application locale ou à boire, il aidera à blanchir la peau.

Moyen-Âge et Renaissance:

Entre le Moyen-Âge et la fin de la Renaissance, le teint pâle reste un objectif esthétique important. Pour éclaircir la peau, les classes aisées utilisent un mélange de plomb, de craie et de mercure d’argent. On se lave peu à l’époque alors, pour mieux blanchir, on rajoute juste une couche de plus. Plus les couches de maquillage étaient nombreuses, plus elles reflétaient une origine noble. Le rouge est aussi très populaire et les mouches font leur apparition, notamment pour masquer les stigmates laissées par les maladies telles que la variole et… Ces fameux produits éclaircissants. 

Assez ironiquement, les classes plus défavorisées ne pouvant se permettre les crèmes et poudres éclaircissantes de la noblesse, devaient cultiver et produire des alternatives… Qui leur furent bien moins fatales que le plomb ou encore l’arsenic. On observe d’ailleurs une tendance du front dégarni à l’époque, sans doute dû à l’usage de ces produits éclaircissants.

Catherine de Médicis: une des premières influenceuses beauté.

Aux alentours du 16e siècle, Venise s’impose en tant que capitale de la mode et Catherine de Médicis -grande avant-garde, précurseur du téléachat et des gourous beauté Youtube – encourage l’usage du maquillage et du parfum à la cour. Son influence s’étend très vite à la France. La ceruse de Venise, aussi surnommée Esprit de Saturne, est populaire à travers les principales cours d’Europe. 

La face cachée du teint pâle…

Alors que blanchir le teint reste capital, on comprend par contre moins les conséquences de l’usage de cette céruse (ce fameux mélange de plomb et de vinaigre). A la longue, la peau devient grise, avec des touches de mauve ou de vert, à l’image d’un fruit pourri. Sans oublier l’impact sur les poumons, l’haleine, les dents ou encore, la chute des cheveux. Ce cercle sans fin, où camoufler entretient ce que l’on désire camoufler, durera des siècles.  

La reine Elizabeth 1er, en Angleterre, a aussi eu beaucoup d’influence en beauté.

Quant au rouge, lui aussi, très populaire depuis quelques siècles, les françaises en utilisent jusqu’à 2 millions de pots en 1780.

L’histoire de la beauté: l’explosion du monde moderne.

Au 19e siècle, les produits d’hygiène deviennent plus abordables. Le teint pâle reste encore et toujours une référence mais on utilise plutôt du citron et de l’oxyde de zinc (qui induira beaucoup de réactions allergiques). On y voit aussi l’invention du baume à lèvres, de la vaseline et de la poudre pour bébé.

Histoire de la beauté #beaute #histoire #skincare #maquillage

C’est le début du 20e siècle qui vera émerger l’époque moderne du skincare. En effet, aux USA, la FDA régularise et le monde voit la naissance de plusieurs géants tels L’Oréal, Elizabeth Arden, Estée Lauder, Max Factor ou encore Maybelline. 

En 1912, la légende dit qu’Elizabeth Arden distribue gratuitement des bâtons de rouge à lèvres aux suffragettes qui manifestent. Il s’avère que cette histoire n’a jamais vraiment été vérifiée mais il n’empêche qu’elle est belle et que l’époque résonnait de marches féminines. Même si encore aujourd’hui, le débat fait rage quant au rôle de soumission qu’ont pu jouer les diktats de la beauté, il est aussi impossible de nier qu’elle ne fut pas non plus un instrument de pouvoir et d’affirmation. 

Démocratisation de la beauté: la 2e partie du 20e siècle.

Tous les cosmétiques sont enfin très accessibles et on en vient à un teint plus léger. En 1950, c’est la marque Clinique qui apparaît et semble donner suite à une beauté plus « médicale ». Le laser fait son nid dès 1960, les peelings chimiques débarquent en 1972 et 1989 voit les premières marques de dermatologues (Dr. Murad). En 2013, c’est Brandon Truaxe qui secoue le monde du skincare en créant The Ordinary, une des 10 marques de Deciem, qui saura faire la part belle aux actifs uniques et très abordables. Et même si la Clean Beauty fait rage aujourd’hui, il est impossible de ne pas voir le 20e siècle comme une réaction aux conséquences désastreuses de la méconnaissance des ingrédients durant les périodes précédentes.

C’est ici que je termine mon rapide survol non sans remercier Bonnie pour son enthousiasme au moment de la rédaction ainsi que ces précieux conseils. C’est évidemment très succinct mais je préférais ne pas assommer avec trop de détails vu la large période englobée (toute l’Histoire du monde seulement?). 

Avez-vous appris quelques petites choses? Ça vous dit que je fasse d’autres articles sur l’histoire de la beauté de façon ponctuelle? 


Sources:

Je dois aller revoir mes règles de bibliographie, en attendant, je fais au mieux ici. Si je fais d’autres articles, je peaufinerai ça. 

Bibliographie:

– LISA ELDRIDGE. Face Paint: The Story of Make-Up. Abrams Image. 2015

– RACHEL FELDER. Red Lipstick. Harper Design. 2019.

– GABRIELA HERNANDEZ. Classic Beauty: The History of Make-Up. 2nd Edition. Schiffer. 2017. 

Web:

https://www.dermstore.com/blog/history-of-skin-care/

https://thewebster.us/editorial/must-read/history-of-skincare

https://www.inbmedical.com/the-evolving-role-of-skincare

The Fascinating History of Skin Care—They Used to Do What?

History of Skincare Products

Follow:

4 Comments

  1. Pat the Cat
    30 mai 2022 / 12 h 21 min

    Hello Kim,
    L’histoire de la cosmétique et de la beauté est fascinante, tout comme l’histoire de l’hygiène (excellent livre de Vigarello, Le Propre et le Sale, et son l’Histoire de la beauté, aussi), comme tu l’indiques cela dit tellement de notre regard sur soi au fil des siècles. Je serais ravie de lire plus d’articles. Lors d’un voyage à Florence j’avais rapporté un tout petit livre : « Toilette, Perfumes and Mak-up at the Medici Court », je pourrais te scanner des pages si ça t’intéresse. Bravo encore pour cet article !

    • Une Fee dans les Etoiles
      Auteur
      28 juin 2022 / 13 h 28 min

      Ho ouiiiii! Ca m’intéresse beaucoup!!! Vigarello m’a été suggéré plusieurs fois. Il est sur ma PAL de cet été!
      Et oui, j’en ferai d’autres. Ca m’a fait plaisir de le rédiger. J’attends juste que le rush de fin d’année se finisse et que j’ai un peu plus de temps pour potasser. Mais je me réjouis d’en écrire d’autres!
      Merci pour ton commentaire! ♥️

  2. 9 juin 2022 / 18 h 52 min

    Je rattrape mon retard dans mes lectures!
    J’ai adoré cette retrospective, même succincte et courte, c’était très intéressant!
    J’ai d’ailleurs découvert le livre « Red Lipstick » à la fin de ton article et je l’ai mis dans ma Wishlist aussitôt!!

    • Une Fee dans les Etoiles
      Auteur
      28 juin 2022 / 13 h 29 min

      Haaaaa! Ravie qu’il t’ait plu! D’autres viendront dès que je serai un peu plus libérée de mes obligations professionnelles.
      J’ai adoré ce bouquin! Très bien documenté en plus, je l’ai lu en un jour et demi et je pense que tu vas aussi le dévorer 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.